Un nez électronique qui analyse l’haleine et dépiste des maladies

L’IMT Lille Douai développe un nez électronique, conçu à partir de capteurs en polymères, qui réagit aux molécules organiques de l’haleine. Jean-Luc Wojkiewicz, enseignant-chercheur, nous présente cette technique d’analyse et de diagnostic de certaines pathologies. Au début des années 70, Linus Pauling, un chercheur américain, a démontré le lien entre la composition des gaz dans l’haleine d’une personne et l’état métabolique de son corps. Plus précisément, les composés organiques volatils (COV) présents dans l’air expiré peuvent fournir de précieux renseignements sur l’état de santé d’une personne et la présence éventuelle d’une pathologie.

Voir l’article complet sur techniques-ingenieur.fr